Connectez-vous



Qui est en ligne

Nous avons 5 invités en ligne
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui10
mod_vvisit_counterHier14
mod_vvisit_counterCette semaine97
mod_vvisit_counterLa semaine dernière112
mod_vvisit_counterCe mois382
mod_vvisit_counterLe mois dernier562
mod_vvisit_counterDepuis le 21/09/09187757

En ligne (20 minutes): 1
Votre IP: 23.20.242.166
,
Aujourd'hui: Jui 24, 2017

Sondage du mois

Bilan de la saison des seniors PDF Imprimer Envoyer
La saison est finie, l'heure du bilan a sonné et les dirigeants se penchent déjà sur la future campagne qui verra nos seniors participer au championnat de promotion d'honneur, niveau jamais atteint dans l'histoire de  l'ASM rugby.
Nos équipes seniors ont déjà joué en honneur et promotion honneur sous la dénomination  ASPTT Martignas lorsque, dans les années 80, nous avions formé une entente avec les postiers bordelais, mais jamais en tant qu'ASM.
Si 2010-2011 restera pour notre club un millésime exceptionnel avec ce titre de champion de France de 3ème série, même en se terminant par deux amères défaites qui laissent à tout le monde, joueurs, entraîneurs, dirigeants, bénévoles, supporters, un goût d'inachevé, 2011-2012 a aussi été un bon cru et même un grand cru.
Passer de la 3ème à la 1ère série, passer d'une seule équipe senior à deux équipes, les qualifier toutes deux pour les demi finales et accéder à la promotion d'honneur n'est pas un mince exploit.
Cette équipe réserve qui partait dans l'inconnu a surpris. Après trois matchs difficiles marqués par autant de défaites avec un total de 8 points inscrits contre 64  encaissés, l'équipe s'est ressaisie remportant l'un des deux derniers matchs aller, s'inclinant à la dernière minute contre l'ASPTT et gagnant deux des quatre matchs retour de la  phase de brassage. En première série, elle a gagné ses trois rencontres marquant 91 points et n'en concédant que 25 avant de s'incliner 17-3 en demi-finale contre Lège Cap-Ferret, le futur champion vainqueur de Saint-Aubin en finale.
 

 
Pour une première saison Francis Hegoburu peut être fier de ses garçons et même si sa modestie doit en souffrir, il peut être fier du travail qu'il a accompli avec ses réservistes soudés autour du capitaine Thierry Dupin.
A l'inverse n'a t-on pas trop attendu de l'équipe première ?
 

 
Elle est restée invaincue pendant toute la phase de brassage marquant  372 points et n'en encaissant que 85. Dans les play off elle n'a concédé qu'une seule défaite en quatre rencontres. Ce fut par une journée glaciale dans des conditions particulières face à un adversaire qui n'avait d'autre objectif que de mettre un terme à une invincibilité d'un an soit 24 victoires consécutives. Rappeler ces circonstances n'est pas chercher une excuse à la défaite c'est simplement faire un constat. Les séries sont faites pour être interrompues. Les voir s'arrêter face un adverse supérieur est logique, normal, les voir cesser au terme d'un match qui tient moins du rugby que de son ancêtre la soule est particulièrement frustrant. Mais cette défaite est somme toute anecdotique car la mission que s'étaient fixés les joueurs était la montée et au vu du parcours réalisé dans la première partie du championnat même si rien n'est jamais acquis d'avance, à l'issue de la rencontre, l'objectif restait  accessible nonobstant ce contretemps. La suite des play off aller confirmer que cette équipe n'est pas en fin de cycle, qu'elle tient la route. Elle allait gagner ses trois matchs suivants ainsi que sa demi finale.
 
En revanche en finale du championnat de Côte d'Argent et en 32ème de finale du Championnat de France, elle s'inclinera par deux fois et par deux fois dans le temps compensatoire des arrêts de jeu. Deux victoires envolées alors qu'elles étaient à porter de main. Deux rencontres trop longues pour une saison trop longue et épuisante physiquement  et mentalement. L'issue du match contre Labouheyre a été une déception. Perdre une finale est une détresse que tout joueur y ayant participé traîne toute sa vie. Celui contre le TEC en revanche n'a pas été abordé avec une énorme soif de gagner. Le moral n'y était plus, l'envie non plus.
La saison 2011-2012 est  morte, vive la saison 2012-2013 !
Le club poursuit sa croissance. Il faut tirer profit des expériences, se poser des questions sur les raisons de cette fin de saison sur une fausse note, se demander pourquoi cette fatigue, cette usure? Le rugby est un sport collectif, qui plus est un sport de contact avec un combat intense sur les phases de conquête. Qui dit combat dit dégâts. Il y a des blessures, des suspensions, des indisponibilités. Un club ce n'est pas des titulaires et des remplaçants. C'est un groupe soudé par un amour commun de ce sport. Plus le groupe est nombreux plus il est fort. A une condition toutefois que chacun s'implique au maximum. Si seul un noyau le fait, c'est alors que survient l'usure. A trop tirer sur la corde elle casse.
«Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France» disait Henri IV. Adhésion et implication sont les clés de la réussite sportive. A méditer. 

 
Bannière